Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/07/2013

Des sites Internet pour augmenter les unions entre catholiques... plus utiles : la pratique religieuse et l'apostolat.

Les rencontres par le biais de sites Internet sont entrées dans les mœurs de beaucoup de personnes. Dans un premier temps, quand on apprend qu'il en existe pour les catholiques, on peut se dire « pourquoi pas, si ça permet à des catholiques de se marier », d'autant plus qu'il y a aussi ce type de sites pour d'autres communautés, les musulmans par exemple.                                       Mais dans ces démarches sur Internet l'aspect humain est mis de côté, il y a quelque chose de réducteur dans cette façon de choisir quelqu'un. A noter par exemple, que certains sites de rencontres concernent des personnes qualifiées de « célibataires exigeants » où l'on ne peut s'inscrire qu'en fonction de son niveau social, de sa profession...

Mon écrit a pour but de réagir sur quelques points d'un article qui présente un site de rencontres consacré aux catholiques : CatholicMatch. (http://www.ndf.fr/article-2/18-07-2013/catholicmatch-la-success-story-qui-beneficie-aux-celibataires-catholiques-de-toute-la-planete)

 

Dans l'article il est écrit que « CatholicMatch affiche l’objectif de nous faire grandir dans la foi et tomber amoureux». Eh bien ce site de rencontres ferait mieux de donner des informations sur les lieux de messes, les réunions de prières, les dates de pèlerinages... si il a pour objectif comme il le prétend de faire « grandir dans la foi ». Car c'est en échangeant avec les personnes rencontrées aux travers de ces pratiques religieuses, qu'éventuellement on peut « tomber amoureux » sans avoir à chercher virtuellement comme le propose ce site.                                                                                                           L'auteur souligne le fait que « rencontrer un(e) coreligionnaire sur son lieu de travail est bien moins simple qu’à l’université où les aumôneries permettent aux croyants, qui ont aussi plus de temps, de faire connaissance. » Le fait de ne pas faire la rencontre de quelqu'un qui pratique la même religion vient en partie du fait qu'une fois sorti de leurs études, les gens consacrent moins ou plus du tout de temps à des activités liées à leur foi. Les groupes de prières, les pèlerinages, l'investissement dans une paroisse... sont des occasions de rencontrer des personnes qui partagent la même vision de la vie spirituelle. Bien sur ce n'est pas le but de ces pratiques mais c'est une façon logique et plus fiable de faire la connaissance de quelqu'un qui nous correspond.

 

L'auteur met en avant le fait que ce site offre « la possibilité de savoir immédiatement si l’on partage l’essentiel avec son interlocuteur (…)  chaque inscrit peut préciser ses opinions politiques, etc. Les tests et les activités proposées, les profils très renseignés (qui indiquent, en vrac, la race, la fréquence d’assistance à la messe, la préférence liturgique, la présence ou pas de piercings, de tatouages, le comportement en matière d’alcool et de cigarettes, le mode de vie, les éducateurs, le lieu d’éducation, l’ordre de naissance dans la famille, l’ouverture ou pas à une relation lointaine, le nombre idéal d’enfants, s’il y a eu conversion, les activités culturelles et sportives, etc.) »                          

On en vient encore à vouloir tout rapidement, on ne veut plus consacrer le temps nécessaire pour apprendre à connaître quelqu'un, ni même à essayer de convertir une personne athée qui pourrait devenir celle que l'on épousera. Je comprends qu'il soit important de se marier avec quelqu'un qui partage les mêmes valeurs mais je trouve ça dommage pour des catholiques de se réduire à faire une sorte de « shopping matrimonial ».

 

Après avoir vanté les mérites de ce site, l'auteur de l'article précise néanmoins un point faible « CatholicMatch est peut-être victime de son succès et attire de plus en plus de catholiques moyennement en phase avec l’enseignement de l’Église ». Ceci n'est pas surprenant quand on peut lire que « chaque inscrit doit dire s’il est d’accord ou non avec les enseignements de l’Église sur les points suivants : les relations sexuelles avant le mariage, la contraception, le caractère sacré de la vie, l’infaillibilité du pape, l’Immaculée Conception, l’Eucharistie et les ordres sacrés », c'est étonnant qu'un catholique ne soit pas d'accord avec certains des points cités précédemment. La religion catholique serait-elle devenue une « religion à la carte » pour certains ?

 

On apprend que « CatholicMatch a prouvé son efficacité en permettant plusieurs milliers de mariages et vient de lancer le CatholicMatch Institute pour aider les paroisses et les communautés à favoriser les rencontres entre catholiques et la préparation à des mariages solides et durables. Il y a urgence : depuis 1972, le nombre de mariages catholiques aux États-Unis s’est effondré de près de 60%, passant de 8,6 pour 1 000 catholiques chaque années à 2,6 aujourd’hui. » Effectivement il y a « urgence », mais l'urgence est celle de remettre la religion catholique au centre de la vie de chacun, notamment par l'apostolat ! Si les conversions augmentent, le nombre de mariages catholiques augmentera !! Pour régler un problème, c'est plus logique de s'attaquer à sa base.

 

Bien entendu, malgrès ces points que je ne cautionne pas, je me réjouirai toujours d'un mariage entre deux catholiques, que leur rencontre soit due à un site Internet ou pas. Le principal est que ces unions permettent de fonder un foyer basé sur les valeurs catholiques. En tant que catholique, j'ai conscience qu'il est important de s'unir avec quelqu'un qui partage la même foi. Mais il m'a semblé nécessaire de réagir sur cet article qui met en avant le fait que des catholiques puissent décider de rencontrer une personne en se basant, dans un premier temps, uniquement sur des critères vus sur Internet, sans connaître les qualités humaines d'une personne, cela me semble aller à l'encontre des valeurs de notre religion.

 

                                                                                           

C. Blancs                           

Les commentaires sont fermés.